Pour moi ce sera un DK

 

En France environ 8% du café consommé est décaféiné. Aux États-Unis la consommation de café décaféiné a presque doublé dans les dernières années.

Rappelons que la caféine et la théine sont une seule et même molécule, la triméthylxanthine…Certains ne la supportent pas, d’autres préfèrent réduire leur consommation. Pour recevoir l’appellation DK, le café vert doit contenir moins de 0.1% de caféine (selon la réglementation Européenne), on parle ici de café vert car la décaféination consiste à retirer la caféine alors que le café est encore vert, avant la torréfaction. De façon générale, avant traitement, les cafés Robusta contiennent davantage de caféine que les arabicas (entre 1.6% et 2.6% pour les premiers contre 1.2% - 1.6% pour les seconds). Il existe plusieurs procédés pour extraire la caféine, ils comportent tous les mêmes étapes fondamentales : la principale différence réside dans le choix de la substance employée pour l’extraction. On parlera alors de méthode « chimique » pour une décaféination au chlorure de méthylène (dichlorométhane : DCM) ou à l’acétate d’éthyle et de méthode naturelle pour la décaféination à l’eau et au C02.

LOBODIS a opté pour la méthode au CO2 qui répond aux exigences du label bio.

Voici un aperçu simplifié du processus : On fait passer sur le café du CO2 liquéfié, ce gaz, naturellement présent dans l’air que nous respirons, se charge alors de la caféine. On procède ensuite à un lavage à l’eau pour éliminer la caféine, les grains décaféinés sont ensuite séchés.

Moins bon le déca ?

Le but de la décaféination est d’obtenir un café qui conserve tout son arôme et son goût malgré le traitement nécessaire à l’extraction de la caféine. La qualité du déca dépend en réalité de la sélection des cafés utilisés.

  • Partager