Circuit d'un grain de café Bolivien...

- Reportages

Avec environ 30 000 sacs de café à l’export en 2018 (0.02% de la production mondiale), la Bolivie est l’un des plus petits pays producteurs de café au monde. Engagés depuis plus de 10 ans pour soutenir la caféiculture Bolivienne, Lobodis achète du café de la province des Yungas depuis 2005. 

Située sur les contreforts des Andes, la région des Yungas est de loin la plus grosse région productrice de café en Bolivie (96% du volume national). Les systèmes caféiers de Bolivie et ceux du Pérou sont très proches, si ce n’est qu’en Bolivie la culture de la coca est encore très présente, et les plantations sont généralement moins entretenues du fait d’un niveau de capital moindre.

 

 

Faisons donc un saut de Caranavi à La Paz. La récolte terminée, les coopératives envoient des camions chargés de café au fur et à mesure des expéditions prévues.

Les usines se trouvent sur l’Alto, grand plateau qui surplombe le cirque de La Paz à 4000 mètres d’altitude. Contrairement au Pérou où l’usinage final du café est fait par des entreprises spécialisées, ici chaque coopérative possède sa propre usine. Cela leur permet d’avoir un contrôle plus étendu sur le processus de transformation, même si elles n’ont souvent pas les volumes suffisants pour rentabiliser ces outils de production coûteux.

L'immensité de l'Alto, à 4 000 m d'altitude

 

Déchargé sur l’Alto, le café est séché de nouveau au soleil, pendant plusieurs jours. Lorsque la parche se décolle d’une simple friction de doigts, le café peut être usiné. En général, les membres de la coopérative se relaient pour s’occuper de la préparation du café. Trois étapes s’enchainent : le déparchage, le tri densimétrique du café vert, et le tri manuel des défauts par des ouvrières.

Séchage des grains de café au soleil
 

Tri manuel des grains de cafés

A la fin, les cafés sont triés en deux qualités distinctes : la qualité exportable, et le café de second grade qui sera consommé localement.

La Bolivie étant un pays enclavé sans accès à la mer, les cafés sont expédiés depuis le port d’Arequipa, au Chili. Avant de quitter le pays, tous les lots sont validés dans le laboratoire de la coopérative, et par l’acheteur final (nous :) !). Dernière étape : attendre patiemment deux mois que le café arrive en France… !

Dégustation des lots de café pour validation avant d’envoyer l’échantillon au torréfacteur ou à l’importateur de café européen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Partager

Café de jardin, café de forêt ou café de plantation – la diversité Ethiopienne

- Reportages

Le choix de Lobodis en Ethiopie

Lire la suite

Circuit d'un grain de café Bolivien...

- Reportages

Des Yungas à Arequipa...Focus sur la préparation des cafés à l'export.

Lire la suite