Café de jardin, café de forêt ou café de plantation – la diversité Ethiopienne

- Reportages

 

En Ethiopie, 90% du café est produit par de petits producteurs, au sein d’exploitations agricoles familiales diversifiées. Le café ne représente qu’une part faible dans la valeur ajoutée créée, les producteurs privilégiant les cultures vivrières dans une économie faiblement monétarisée.

 


Maison éthiopienne, entourée d’un jardin verger où sont cultivés des caféiers.
 

Selon les terrains auxquels les producteurs ont accès, les caféiers sont cultivés dans des jardins-vergers situés autour des maisons (café de jardin), ou bien dans des espaces forestiers plus ou moins entretenus dans lesquels les producteurs prélèvent également du miel et des épices (café de forêt).

Les producteurs de café ont très peu de contrôle sur la chaine de commercialisation du café. Au moment de la récolte, ils ont deux options : vendre directement des cerises fraichement cueillies à des intermédiaires, ou bien les sécher au soleil chez eux et les vendre plus tard sous forme de coque (cerises séchées). Les prix sont fixés selon le niveau de compétition local entre acheteurs, sans différenciation par rapport à la qualité du travail fourni par l’agriculteur.

Séchage des cerises de café sur lits africains dans un centre de collecte. On parle de transformation par voie sèche.
 

Beaucoup d’agriculteurs sont rattachés à de petites coopératives (dites coopératives primaires), mais dans les faits, ils choisissent de vendre au plus offrant, que ce soit des intermédiaires, des entreprises privées ou des coopératives.

Pour les torréfacteurs & importateurs, il y a donc, depuis 2017, trois circuits possibles pour acheter du café éthiopien : acquérir un lot de café à la bourse Ethiopienne (ECX), acheter à des fédérations de coopératives (unions) ou encore à des exportateurs éthiopiens, possédant des stations de collecte de café ou des plantations.

 

 

Bourse Ethiopienne

Unions de coopératives

EXPORTATEUR

Petits producteurs sous contrat avec un exportateur

Plantation

Traçabilité

Région

Région

Aux producteurs

Au propriétaire

Prix touché par le producteur

Prix du marché

Prix du marché

 

+ Projets financés par les coop. primaires

Prix de base

 

+Premium sur le prix

 

+ Projets financés par l’exportateur

Prix du marché

 

+ Premium de certifications (Bio, Rainforest)

 

Chez Lobodis, nous avons choisi cette dernière option, en travaillant avec l’exportateur Mohammad Lalo et sa plantation Fahem pour trois raisons :

  1. Avoir la traçabilité la plus claire possible pour être en mesure de suivre l’impact de nos achats et d’appréhender le contexte de la petite région où nous achetons le café
  2. Pouvoir acheter du café à des communautés de producteurs identifiées, et verser une prime de développement qui sera suivi par l’exportateur pour accompagner les producteurs sur des projets sociaux & environnementaux liés à leur activité caféière
  3. Limiter le nombre d’intermédiaires et améliorer la rémunération des producteurs de café : en passant par l’exportateur Mohammad Lalo, nous savons que les producteurs contractualisés touchent une prime de 15% sur les volumes vendus en fin de saison.
  4. Sécuriser nos volumes en achetant une partie des cafés à la plantation, dans une zone sujette à de nombreux conflits et donc potentiellement risquée pour nos approvisionnements de café. La plantation est gérée de façon durable, et est en cours de certification biologique.

Rencontre avec notre partenaire Ethiopien Mohammed Lalo à Addis-Abeba, en Décembre 2018.

L’Ethiopie est un pays en plein développement, dont la filière café évolue très rapidement. Avant 2017 il n’était pas possible d’acheter du café avec une traçabilité aussi directe. La loi ayant changé, nous expérimentons ce tout nouveau type de partenariat, et sommes confiants dans l’amélioration de l’impact que celui-ci va nous permettre.

  • Partager

Café de jardin, café de forêt ou café de plantation – la diversité Ethiopienne

- Reportages

Le choix de Lobodis en Ethiopie

Lire la suite

Circuit d'un grain de café Bolivien...

- Reportages

Des Yungas à Arequipa...Focus sur la préparation des cafés à l'export.

Lire la suite